Reflux gastro-œsophagien

Reflux gastro-œsophagien


Qu'est-ce que le reflux gastro-œsophagien ?

Le reflux gastro-œsophagien encore appelé RGO dans le jargon médical est une maladie digestive chronique qui entraîne une irritation douloureuse de l'œsophage. Les liquides ou les aliments s’échappent de l’estomac et migrent vers le haut dans l'œsophage.

Des brûlures d’estomac ? Une sensation de mauvaise haleine ? Des nausées chroniques ? Il se peut que vous soyez sujet à des reflux dits gastro-œsophagiens.

On distingue deux catégories de reflux gastro-œsophagiens :

1 - Le reflux gastro-œsophagien considéré comme "physiologique"

Ce type de reflux gastro-œsophagien est intermittent et n’entraîne pas de complications. Il se manifeste le plus souvent par des symptômes survenant après les repas. Certaines positions comme le fait de se pencher vers l’avant déclenchent également une brève remontée du bol alimentaire ingéré. Dans ces circonstances, il est dit normal.

Le reflux gastro-œsophagien physiologique est peu fréquent, bref et non douloureux. Chez les nourrissons, il atteint son pic maximal vers 4 mois.

2 - Le reflux gastro-œsophagien considéré comme "pathologique"

Cette catégorie de reflux gastro-œsophagien est fréquente. Elle dure dans le temps et peut entraîner une œsophagite. Dans ce mécanisme de survenue, les remontées acides du bol alimentaire dans l’œsophage sont très fréquentes et leur durée est prolongée comparativement à celles dans le reflux gastro-œsophagien physiologique.

L’acidité de ce liquide gastrique qui provient de l’estomac irrite donc la muqueuse de l’œsophage sur une longue période de temps, causant ainsi une inflammation de ladite muqueuse œsophagienne.

Le reflux gastro-œsophagien a une cause bien connue. Il s’agit d’un dérèglement dans le bon fonctionnement du système anti-reflux entre l’estomac et l’œsophage.

Quelles sont les Causes ?

Entre l’estomac et l’œsophage, existe un système de protection qui s’oppose à la remontée du liquide gastrique contenu dans l’estomac. Ce système est composé de :

  • un anneau musculaire qui sert à fermer l’orifice appelé dans le jargon anatomique cardia et jouant un rôle de valve protectrice ;
  • une organisation anatomique qui fait que l’extrémité inférieure de l’œsophage s’ouvre dans l’estomac en passant à travers le diaphragme par un orifice appelé « orifice hiatal » ;
  • l’angle aigu anti-reflux formé par l’ouverture inférieure de l’œsophage et l’orifice hiatal.

Le Reflux gastro-œsophagien est généralement causé par un dysfonctionnement du sphincter inférieur de l’œsophage. C'est la bande de tissu musculaire située entre l'œsophage et l'estomac. Ce sphincter s'ouvre normalement pour permettre à la nourriture de passer dans l'estomac, puis serrer fermement. Un sphincter défectueux peut laisser échapper le contenu acide de l'estomac. Ceci peut Irriter la muqueuse de l'œsophage et ainsi être responsable de l’œsophagite (inflammation de l’œsophage).

Le reflux gastro-œsophagien peut être également lié à ce qu’on appelle une hernie hiatale. C’est-à-dire que l’estomac par sa partie supérieure, remonte avec l’œsophage dans la cage thoracique par l’orifice hiatal qui est l’orifice du diaphragme. Et c’est donc cette hernie qui favorise la remontée du liquide gastrique dans l’œsophage. Néanmoins, la hernie hiatale n’est pas toujours associée à un reflux.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes du reflux gastro-œsophagien peuvent être sous forme de brûlures d'estomac, de régurgitations, de maux de gorge et d’une difficulté à avaler. Le reflux gastro-œsophagien peut causer des renvois, de la toux, des sifflements lors de la respiration et de l'enrouement de la voix. Ces symptômes peuvent s'aggraver après avoir mangé, en position de flexion du tronc sur le bassin et au coucher.

Ils peuvent aussi concerner d’autre signes plus généraux comme :

  • une halitose (mauvaise haleine) persistante due à l’odeur du contenu de l’estomac ;
  • une usure de l’émail des dents due à l’acidité du contenu gastrique ;
  • des nausées
  • un mal de gorge chronique ;
  • de l’asthme nocturne sans cause allergique connue ;
  • une voix enrouée surtout en matinée ;
  • etc.

On peut également décrire des symptômes du reflux gastro-œsophagien chez des enfants, notamment des nourrissons. Il s’agit :

  • des vomissements ;
  • des régurgitations excessives ;
  • des douleurs se manifestant par des crises de pleurs sans cause apparente, un refus de boire, etc. ;
  • un retard de croissance car les nutriments ne sont pas absorbés et une anémie dans les cas plus graves ;
  • plus rarement des épisodes d’apnée.

Dans des cas plus extrêmes, on peut se retrouver face à des symptômes alarmants comme :

  • une douleur à la déglutition ;
  • des vomissements récurrents ;
  • un besoin répété de se rincer la gorge ;
  • une anémie ;
  • une absence de rémission à moyen terme malgré un traitement ;
  • etc.

Ces symptômes sont dits alarmants car ils imposent au plus tôt une consultation chez le médecin. Ils peuvent être le signe d’une complication du reflux gastro-œsophagien ou être la manifestation d’autres pathologies.

Intéressons-nous maintenant aux personnes qui sont le plus à risque de souffrir de reflux gastro-œsophagien.

Les personnes sujettes au reflux gastro-œsophagien

Il s’agit de personnes qui ont des prédispositions favorisant l’installation des mécanismes de survenue du reflux gastro-œsophagien vus plus haut. Cela inclut donc :

  • les personnes souffrant d’hernie hiatale ;
  • les femmes enceintes (le bébé en gestation appuie sur l’estomac favorisant ainsi des remontées de liquides gastrique surtout durant le dernier trimestre) ;
  • les personnes souffrant d’obésité ou de surpoids par pression sur l’abdomen ;
  • les personnes qui pratiquent régulièrement des efforts (plongeurs, sportifs, etc.)
  • les personnes âgées car leurs muscles et donc leur sphincter deviennent moins efficaces avec le temps (après 50 ans).

Les facteurs suivants favorisent l’installation de reflux gastro-œsophagiens :

  • la consommation de tabac, d’alcool, d’épices, de chocolat, d’aliments acides ;
  • la prise de repas copieux au dîner ou d’aliments riches en graisses ;
  • certains médicaments comme la progestérone ou ceux qui luttent contre l’asthme, les maladies cardiovasculaires, etc.
  • etc.

Quel traitement pour le reflux gastrique ?

Dans la plupart des cas, le reflux gastro-œsophagien peut être géré efficacement par un traitement médical bien suivi. Les médicaments peuvent aider à neutraliser ou à réduire l'acide gastrique, guérir l’irritation de l'œsophage et renforcer le sphincter œsophagien. Les patients obèses doivent perdre le poids et observer de bonnes habitudes alimentaires et un sommeil de qualité. Dans certains cas nous sommes amenés à proposer un traitement chirurgical.

Après un traitement médicamenteux bien suivi, si aucune amélioration notable n’est observée, il peut s’agir d’une pathologie autre que le reflux gastro-œsophagien. Un médecin gastro-entérologue procédera alors à des explorations afin de confirmer ou d’infirmer ces hypothèses diagnostiques.

Il réalisera une endoscopie haute encore appelée fibroscopie afin d’observer les muqueuses de l’œsophage et de l’estomac. Le médecin qui procède à l’exploration peut aussi en profiter pour effectuer des prélèvements afin de déterminer la cause exacte des maux qui incommodent le patient.

En dehors de la fibroscopie, le gastro-entérologue peut recourir à des examens plus poussés. Il pourra alors demander des examens comme la pHmétrie qui est un examen qui permet de différencier le reflux pathologique de celui normal. La pH-impédancemétrie est une variante un peu plus poussée de l’examen précédent et elle permet de différencier la nature des liquides (gazeux, acides, non acides, etc.).

Lorsque le RGO est dû à un liquide de nature non acide, on parle alors de reflux non érosif (RNE). Il est également possible d’utiliser en dernier recours des examens comme la manométrie haute et le transit oeso-gastro-duodénal (TOGD). Tout ceci est dans le but de soulager le patient en trouvant la cause réelle pour un traitement adapté.