Dépistage du Cancer du Colon

Le cancer colorectal ou le cancer du gros intestin est classé 2ème chez la femme et 3ème chez l’homme.

Le cancer colorectal : qu'est-ce que c'est ?

Le cancer colorectal aussi connu sous le nom de cancer du côlon ou encore cancer du gros intestin, est une maladie qui se développe soit dans les cellules situées au niveau du côlon ou soit dans celles qu’on retrouve au niveau du rectum. Cependant, dans la majorité des cas, il apparait au niveau du côlon.

Il se développe sous forme de polype avant de déboucher sur un cancer. Sous sa première forme, il est plus facile de le traiter et d’éviter sa propagation. Le cancer du côlon provoque des saignements qui sont malheureusement invisibles à l’œil nu. Ce n’est qu’au cours des examens qu’il est possible de détecter sa présence.

La recherche et retrait de polype se font par un médecin spécialiste au cours d'examens endoscopiques : coloscopie ou rectoscopie

Il peut apparaître chez les hommes et les femmes qui ont entre 50 et 74 ans. En terme de fréquence, c'est le 2ème chez la femme (après le cancer du sein) et le 3ème chez l’homme (après les cancers de la prostate et du poumon).

Bien que le risque d'apparition avant 40 ans est exceptionnel, sa fréquence augmente nettement avec la cinquantaine.

Il faut traiter ce cancer au début de son évolution afin d'avoir des résultats positifs et d'en augmenter les chances de survie, d'où l'importance d'effectuer un test auprès d'un centre de dépistage, car celui-ci le détecte très tôt.

Quels sont les symptômes du Cancer Colorectal ?

Lorsqu’il est encore très petit, le cancer colorectal passe généralement inaperçu, il est possible alors que celui-ci ne cause encore aucun signe ni symptôme ou que ceux-ci ont des ressemblances avec d'autres maladies. Les symptômes insidieux du cancer du côlon expliquent le fait qu’il soit considéré comme la deuxième cause de mortalité dans le monde.

Voici une liste non exhaustive des signes avant-coureur :

1 - Sang dans les selles

La perte de sang et la diarrhée engendrent à la longue une perte de poids et une fatigue générale. Ce sang présent dans les selles est généralement rouge vif, mais il faut également comprendre que ce saignement peut survenir aussi à cause des hémorroïdes.

2 - Changement dans le transit intestinal

Si votre transit intestinal était stable et régulier durant des années et que celui-ci se modifie en 3 mois plus ou moins peut être alertant, ce changement s'accompagne en général de troubles intestinaux comme :

  • une diarrhée ou constipation qui dure depuis des semaines,
  • des selles plus étroites que d'habitude,
  • une fausse envie d’aller à la selle.

3 - Les palpitations

La perte de sang provoque l’anémie et la diarrhée engendre la déshydratation. Ce qui expose le patient aux palpitations.

Quels sont les causes ?

Le cancer colorectal est lié à plusieurs causes. On peut noter :

  • Un antécédent familial
  • Une alimentation excessive en sucre non régulée par une activité physique
  • La maladie inflammatoire de l’intestin grêle
  • Le tabagisme
  • La présence de polype

À quel âge effectuer un dépistage ?

Le risque d'apparition du cancer du colon avant la quarantaine est rare. Il se manifeste souvent à partir de la cinquantaine où la fréquence augmente considérablement.

Il est donc recommandé d’effectuer un dépistage à partir de 50 ans. Mais il existe toutefois des exceptions, si vous sentez l’apparition des symptômes précités ou que vous avez des antécédents familiaux, il est alors plus prudent de se faire dépister même si vous n’avez pas atteint la cinquantaine.

Il faut cependant remarquer que la proximité de ces symptômes avec ceux d’autres maladies, n’est pas de nature à faciliter le diagnostic. Pour ne pas laisser perdurer le doute, il est alors recommandé de prendre consultation auprès de votre médecin traitant qui vous fournira alors un diagnostic.

L’apparition du cancer du côlon augmente

Au cours de ces dix dernières années son apparition chez les moins de 50 ans a progressé et plus particulièrement dans certains pays à niveau de revenu élevé parmi lesquels on peut citer : le Danemark avec 3,1% en plus par an, la Nouvelle Zélande avec 2,9% en plus, l’Australie avec 2,9% en plus et le Royaume-Uni avec 1,8% en plus.

Les plus jeunes notamment entre 20 et 29 ans présentent en général un risque plus élevé de développer un cancer du rectum. L’obésité ou une mauvaise alimentation peuvent être un des facteurs du développement croissant auprès des jeunes.

En Belgique par exemple, le cancer colorectal est la cause de plus de 3000 décès chaque année. Presque 10 décès par jour ! Pourtant, il peut être guéri s’il est dépisté et traité au début de son évolution c’est-à-dire avant l’apparition de symptôme. Si le cancer colorectal est décelé précocement, les chances de survie à 5 ans sont de 90 % !

Comment dépister le cancer colorectal ?

L’institut français du cancer au cours de l’une de ses dernières campagnes, caricaturait l’intérêt d’un dépistage en ces termes : « Le plus souvent, dépisté à temps, un cancer colorectal n’est pas méchant », car on peut agir rapidement et le médecin pourra alors mettre en place les soins appropriés pour le traiter.

On peut le dépister à travers le test immunologique jugés plus précis et la colonoscopie. Mais il existe plusieurs autres examens pour le dépistage de ce cancer.

1 - Les tests immunologiques

Ce dépistage consiste à repérer au plus tôt les polypes avant que cela ne débouche sur un cancer. Le test immunologique est une pratique réputée pour fournir des bons résultats parce qu’il détecte 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus d’adénomes avancés.

C’est pourquoi ils ont été préférés aux tests Hemoccult II depuis 2015 et recommandés depuis quelques années par plusieurs instances sanitaires dont l’Académie Nationale de Médecine et la Haute Autorité de Santé.

Le dépistage à travers le test immunologique consiste en un seul prélèvement de selles. Le kit de dépistage est généralement remis au patient accompagné d’un mode d’emploi bien illustré.

2 - La coloscopie

La coloscopie est réalisée par un gastroentérologue. Elle est tout simplement un examen de référence qui consiste à regarder l’intérieur de l’intestin. On peut également au cours de cet examen détecter et retirer les polypes avant que cela n’aboutisse à un cancer.

La coloscopie n’est pas douloureuse, car elle est réalisée sous anesthésie générale légère.

Conseils préventifs

En somme, lorsque le cancer colorectal est dépisté plus tôt, il y a plus de chance d’en guérir ou de le traiter. À l’apparition des symptômes décrits plus tôt, n’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès d'un gastro-entérologue pour une consultation. A titre préventif, afin de diminuer le risque de maladie et d'améliorer votre santé, il est conseillé de :

  • Faire du sport ou pratiquer des activités physiques régulièrement
  • Consommer moins de viande rouge
  • S’hydrater régulièrement
  • Contrôler sa glycémie
  • Contrôler le taux de cholestérol et de sucre dans le sang
  • Avoir une alimentation saine et équilibrée
  • consommer des fruits et légumes riches en fibres et antioxydants

Où effectuer un test de dépistage ?

le centre de gastro-entérologie DDG (situé au cœur de Bruxelles, au bois de la Cambre à Ixelles) s'occupe du dépistage, diagnostic et soins des cancers colorectaux, il détient une expertise dans cette pratique de plus de 30 ans. Un médecin gastro-entérologue accompagné d'un anesthésiste et d'infirmières spécialisées vous prendra en charge et s'occupera alors de la recherche et du retrait de polypes au cours d'une coloscopie.

Le résultat du test vous sera remis le jour même avec un protocole.